Nous publions pour vous des exemples de tests ADR que peuvent rencontrer les participants aux examens. Examen ADR il s'agit d'un test à choix unique, vous n'avez donc qu'à cocher une seule réponse parmi les trois réponses proposées.

Les examens ADR suivants sont effectués :

  • cours de base - il dure 60 minutes et le participant doit répondre à 30 questions, dont 20 bonnes réponses sont nécessaires pour réussir
  • un cours spécialisé dans le domaine du transport routier de marchandises dangereuses en citernes - il dure 40 minutes et le participant doit répondre à 18 questions, dont 12 bonnes réponses sont nécessaires pour réussir
  • cours spécialisé dans le domaine du transport routier de marchandises dangereuses de classe 1 - explosifs et matériaux - dure 30 minutes et le participant doit répondre à 15 questions, dont 10 bonnes réponses sont nécessaires pour réussir
  • cours spécialisé dans le domaine du transport routier de marchandises dangereuses de classe 7 - matières radioactives - dure 30 minutes et le participant doit répondre à 15 questions, dont 10 bonnes réponses sont nécessaires pour réussir

Nous avons préparé pour vous des tests ADR pour le cours de base et les trois types de cours spécialisés. Ce sont des exemples de questions, mais elles vous permettront de vous familiariser avec les spécificités du test. Nous vous recommandons de pratiquer vos tests ADR avant de passer l'examen. Au cours des cours dispensés par notre société, vous vous familiariserez avec toutes les informations sur le transport ADR. Nous invitons!

Questions utilisées dans le transport ADR de marchandises dangereuses.

1. La classe 7 selon l'ADR comprend :
a) matières radioactives,
b) matériaux corrosifs,
c) matières infectieuses.

2. Responsable de la sélection des emballages :
a) Magasinier,
b) producteur, expéditeur de marchandises dangereuses,
c) transitaire.

3. Exclusion de l'application des dispositions de l'ADR conformément aux dispositions du 1.1.3.6. (sans tableaux), permet de :
a) exemptant le conducteur et le véhicule de certaines des exigences de la réglementation ADR,
b) autorise le transport de marchandises dangereuses en citernes,
c) non-respect des dispositions de l'ADR.

4. Procédure en cas de brûlures thermiques
a) refroidir les brûlures thermiques avec de l'eau courante pendant environ 15 minutes, en donnant au blessé des boissons chaudes,
b) enduire les zones brûlées de beurre,
(c) désinfecter avec de l'alcool salicylique.

5. Selon l'ADR, les marchandises dangereuses sont :
a) chaque chargement transporté sans emballage,
b) une substance classée dans l'une des 13 classes de danger,
c) toute marchandise transportée dans une citerne.

6. Il est interdit de transporter dans le tunnel :
a) matériaux de la classe 7,
b) marchandises dangereuses transportées en citernes,
(c) toute charge si le conducteur a identifié une défaillance du système de freinage du véhicule.

7. La classe des marchandises dangereuses comprend :
a) matériaux présentant différents degrés de risque,
b) uniquement des matériaux chimiquement purs,
c) uniquement des matériaux non asphyxiants et ininflammables.

8. La classe 4.3 selon l'ADR comprend :
a) les matériaux qui, au contact de l'eau, dégagent des gaz inflammables,
b) liquides inflammables,
c) matières infectieuses.

9. En cas de panne, lesquels des documents suivants sont importants pour l'opération de sauvetage ?
a) Certificat ADR,
b) permis de conduire et certificat de formation ADR,
c) un titre de transport.

10. Quelles règles doivent être suivies lors de l'extinction d'un incendie ?
a) si le moteur est en feu, ne pas utiliser d'extincteurs à poudre, car la poudre injectée peut réagir avec le gazole,
b) si le moteur est en feu, pulvériser la poudre, par exemple par les trous du mannequin ou sous le cockpit,
c) Si un pneu est en feu, arrêtez-vous immédiatement.

11. Consignes écrites :
a), contiennent des informations sur l'itinéraire et les arrêts qui doivent être effectués pendant le transport,
b) ils ne sont exigés que pour le transport de marchandises dangereuses et doivent être rédigés dans une langue que le conducteur comprend,
c) ils doivent toujours contenir le nom commercial de la matière et le poids du chargement en kg.

12. Les marchandises dangereuses à haut risque sont :
a) matières infectieuses transportées en citernes,
b) toutes les matières de la classe 6.1 du groupe d'emballage I,
c) certaines matières de la classe 9.

13. Dans les tunnels, il est interdit de :
a) mener des entretiens,
b) à l'aide d'un téléphone portable,
c) écouter la radio.

14. Le destinataire de marchandises dangereuses est responsable :
a) informer les services de secours de la divulgation de la destruction de l'envoi à un degré qui affecte la sécurité,
b) fournir au conducteur des instructions écrites concernant les marchandises transportées,
(c) le contenu des instructions écrites du conducteur.

15. Quel est le risque prédominant des marchandises dangereuses de la classe 2 (commune à toutes les marchandises d'une même classe) ?
a), la bouteille peut éclater sous l'influence de la pression interne,
b) basses températures dues à la dilatation des gaz,
c) la possibilité d'une explosion d'un mélange gaz-air.

16. Les emballages de marchandises dangereuses devraient :
a) être constitués uniquement de matériaux ininflammables,
b) avoir une poignée pour le transport mécanique,
c) empêcher la fuite du contenu dans des conditions normales de transport.

17. Quel est l'objet des dispositions ADR ?
a) admettre le transport de marchandises dangereuses sous certaines conditions de sécurité,
b) spécification des conditions de transport des marchandises dangereuses par tous les moyens de transport,
c) l'harmonisation des réglementations concernant la protection du milieu naturel (faune et flore).

18. Les instructions écrites au conducteur doivent :
a) être lu par le conducteur uniquement en cas d'accident, c'est-à-dire à la dernière minute,
b) doit être confirmée par les pompiers,
c) indiquer les protections personnelles qui doivent être appliquées en cas de rejet du matériel.

19. Le symbole "X" dans le code d'emballage signifie que :
a) il peut être utilisé pour les matières classées dans les groupes d'emballage I ou III dans chaque classe,
b) l'emballage est destiné uniquement aux matières liquides,
c) il est destiné aux matériaux qui réagissent dangereusement avec l'eau.

20. Que doit faire le chauffeur s'il manque aux colis les marquages requis ?
a) effectuer le transport, si le représentant de l'expéditeur participera au transport en tant qu'accompagnateur,
b) demander son achèvement,
c) commencer le transport dans l'espoir que le véhicule ne sera pas inspecté,

21. Une unité de transport dont la masse maximale autorisée (GVM) est supérieure à 7,5 tonnes doit être équipée d'extincteurs
a) d'un contenu total de 12 kg,
b) d'un contenu total de 10 kg,
c) d'un contenu total de 12 kg, dont au moins un doit être inférieur à 2 kg.

22. Afin d'augmenter la sécurité, le conducteur doit :
a) peser le véhicule chargé et s'il n'est surchargé que de 5 % continuer à rouler,
b) regrouper les expéditions en fonction des menaces,
c) retirer les dispositifs de protection des sangles.

23. Instructions écrites au conducteur pour récupérer la marchandise à l'étranger :
a) doit être faite uniquement dans la langue de l'expéditeur,
b) non requis si la cargaison doit être expédiée en Irak,
c) ils doivent également être fournis dans une langue comprise par le conducteur.

24. Quelles précautions le conducteur doit-il observer lors du chargement du transport de matériaux de classe 4.3 ?
a) n'utiliser que le véhicule découvert (sans la bâche),
b) diriger un flux d'air chaud du chauffage à combustion vers la charge afin d'éviter l'humidité résiduelle,
c) effectuer le chargement en évitant le contact avec l'eau.

25. Le transport de marchandises dangereuses en colis signifie :
a) le transport d'appareils volumineux ou d'objets dangereux sans emballage,
b) transport en citernes,
c) transport en conteneurs-citernes.

26. Extincteurs sur le véhicule :
a) ils doivent être remplis après chaque utilisation, même s'ils sont partiellement pleins,
b) ils doivent être fixés un sur le véhicule et un sur la remorque,
c) doit être entretenu au moins tous les 7 ans.

27. Parmi les dangers suivants posés par les marchandises de la classe 4.1, lesquels sont considérés comme les plus importants ?
a) inflammabilité,
b) propriétés corrosives,
c) oxydation.

28. Exemption partielle des dispositions de l'annexe B de l'ADR, sous réserve du respect de certaines limites quantitatives par unité de transport 1.1.3.6. se rapporter à:
a) transport de secours,
b) transport dans des emballages certifiés et marqués,
c) le transport d'équipements ne figurant pas sur la liste des marchandises mais contenant des marchandises dangereuses (par exemple, des réfrigérateurs contenant du gaz réfrigérant).

29. Par transport de marchandises dangereuses en vrac, on entend :
a) transport d'objets (par exemple piles usagées) dans des conteneurs en plastique présentant une résistance adéquate,
b) le transport de colis non confirmés,
c) transport en conteneur-citerne.

30. Que faut-il entendre par transport multimodal (combiné) ?
a) transport de marchandises avec l'utilisation d'au moins deux véhicules à moteur,
b) transport de charges diverses vers plusieurs destinataires,
(c) le transport de marchandises utilisant au moins deux modes de transport différents (par exemple, chemin de fer et voiture).

Cours spécialisé - réservoirs

1. Coupe-batterie principal :
(a) Il doit équiper chaque véhicule de type "EX/III" ou "FL",
(b) doit être monté sur chaque véhicule de type EX / II,
(c) Doit être installé sur chaque véhicule "OX".

2. Indiquez les matières dont le transport en citerne est interdit :
a) ONU 1203,
b) No ONU 0113,
c) No ONU 3257.

3. Qui est responsable de la bonne préparation des instructions écrites pour le conducteur ?
a) le conducteur du camion-citerne,
b) producteur ou expéditeur de matières dangereuses,
c) transitaire.

4. Que peut faire un conducteur de camion-citerne pour réduire les effets des ondulations dans la citerne ?
a) conduisez dans un endroit frais à des températures supérieures à 25 ° C,
b) ne pas utiliser de mesures de protection spéciales,
c) Réduisez doucement la vitesse avant les virages ou les intersections.

5. Extincteurs à poudre dont le réservoir est équipé :
a) ne peuvent être utilisés s'ils ne sont pas marqués conformément à une norme reconnue par l'autorité compétente et n'ont pas de date de péremption,
b) ils n'ont pas besoin d'être vérifiés par le conducteur avant chaque départ,
c) ne peuvent pas être utilisés s'ils ne sont pas marqués conformément à la norme polonaise.

6. Qui est responsable de fournir au conducteur une instruction écrite avant de remplir la citerne ?
a) l'unité de pompiers la plus proche,
b) l'expéditeur,
c) Institut de l'Industrie Biologique.

7. A quoi servent les dispositifs de sécurité lors du remplissage de la citerne ?
a) pour permettre un remplissage sans bruit,
b) permettre un remplissage sans bulle du réservoir,
(c) pour empêcher le remplissage excessif de la citerne.

8. Conformément à l'ADR, un extincteur placé sur le bateau-citerne doit avoir :
a) la liste des matières extinctrices auxquelles il est destiné,
b) des informations sur la date de vente,
c) des informations sur la date de la prochaine inspection.

9. Selon l'accord ADR, quels véhicules doivent disposer d'un certificat d'agrément de véhicule pour le transport de certaines marchandises dangereuses ?
a) uniquement ceux dont le PTAC est supérieur à 7,5 tonnes,
b) toutes les citernes fixes transportant des marchandises dangereuses,
c) uniquement ceux dont le PTAC ne dépasse pas 3,5 tonnes.

10. Quand faut-il utiliser le "gas pendule" (remplissage de recirculation) ?
a) uniquement lors du ravitaillement en carburant de marchandises de la classe 3 du groupe d'emballage I,
b) lorsqu'il est nécessaire d'empêcher le dégagement de vapeurs lors du remplissage du réservoir,
c) avec tous les liquides inflammables.

11. A quoi sert un purgeur installé sur les vannes de vidange de la phase liquide des réservoirs transportant des gaz liquéfiés (ex. mélanges propane-butane liquéfiés) ?
a) il est utilisé pour déterminer le moment où le chargement du bateau-citerne doit être terminé,
b) il est utilisé pour déterminer le moment où le déchargement du bateau-citerne doit être terminé,
c) est utilisé pour réduire la pression sous le bouchon obturateur fileté, empêchant le bouchon de "sortir".

12. Que doit obligatoirement retenir le conducteur lors de la vidange d'une citerne avec des matières combustibles de classe 2 ?
a) le conducteur qui vide la citerne doit contrôler le degré de remplissage de la citerne,
b) le conducteur qui vide la citerne doit contrôler la température à l'intérieur de la citerne,
c) une surpression (pression supérieure à la pression atmosphérique) doit être laissée dans le réservoir vide.

13. Le réservoir de gaz liquéfié (propane) d'un client a accidentellement été trop rempli. Que doit faire le conducteur du camion-citerne ?
a) demander au client d'allumer l'installation de réception afin d'évacuer l'excès de gaz du réservoir,
b) avertir les pompiers,
c) pomper l'excès de gaz liquéfié.

14. Quand faut-il utiliser le "gas pendule" (transbordement en circuit fermé) ?
a) pour les réservoirs qui ne peuvent contrôler le degré de remplissage,
b) lors du remplissage et de la vidange des réservoirs avec des matériaux dont les vapeurs, pour des raisons écologiques, ne peuvent pas s'échapper du réservoir rempli,
c) lors du mélange de deux produits.

15. Comment le conducteur du véhicule reconnaîtra-t-il l'adéquation de la citerne pour le transport de gaz liquéfiés ?
a) par les dimensions du réservoir du réservoir,
b) à partir de la deuxième lettre du code citerne, si la citerne a un code,
c) à partir de la première lettre du code-citerne, si la citerne a un code.

16. Quel est l'équipement nécessaire des citernes, conteneurs-citernes pour le transport de gaz inflammables liquéfiés ?
a) installation (éléments spéciaux) pour sa mise à la terre pendant le chargement et le déchargement,
b) une soupape de sécurité sans disque de rupture précédent,
c) Une soupape de surpression avec un disque de rupture en amont pour les gaz toxiques.

17. La pompe de pompage du gaz liquéfié fuit. La formation de buée empêche la visibilité dans l'armoire de commande. Que faut-il faire d'urgence ?
a) souffler le brouillard pour localiser la fuite,
b) fermer la vanne d'arrêt interne alimentant la pompe en gaz et, en même temps, éteindre la pompe,
c) accélérer la manutention pour limiter les fuites.

18. Qu'est-ce que l'équipement de sécurité dans les citernes et les conteneurs-citernes pour le transport de gaz ?
a) boîtier recouvrant la batterie,
b) un couvercle de trou d'homme,
c) un système composé d'une soupape de sécurité, d'un disque de rupture et d'un manomètre d'essai.

Cours spécialisé - 7e année

1. Parmi les affirmations suivantes, lesquelles sont vraies ?
a) le rayonnement gamma est le rayonnement le moins pénétrant,
b) les rayonnements alpha, bêta et gamma ont la même pénétration,
c) le rayonnement gamma est plus pénétrant que le rayonnement bêta.

2. Laquelle des définitions suivantes correspond au terme "contamination radioactive" ?
a) contamination par des matières radioactives,
b) dose de rayonnement absorbée par le corps,
c) le débit de dose à la surface du colis.

3. Combien de personnes, en dehors de l'équipage du véhicule, peuvent être transportées dans le véhicule transportant des matières radioactives ?
a) un maximum de 2 personnes, si des colis marqués d'autocollants n° 7 B sont transportés,
b) néant, lorsqu'il y a dans le véhicule des colis marqués d'étiquettes n° 7 B,
c) 1 personne maximum si les colis marqués des étiquettes n° 7C et n° 7E sont transportés.

4. Quelles inscriptions ou marques doivent figurer sur les colis de type B (U) contenant des matières radioactives ?
a) des panneaux orange avec des numéros d'identification de matière et de danger et une étiquette d'avertissement radiale appropriée,
b) le numéro d'identification du matériel précédé des lettres "UN" et la désignation officielle de transport.
c) plaques de couleur orange.

5. Laquelle des définitions suivantes correspond au terme "contamination radioactive" ?
a) le niveau de rayonnement à la surface du colis ;
b) la présence de substances radioactives sur la peau humaine,
c) les rayonnements émis par les matières radioactives contenues dans les emballages.

6. Comment les gens peuvent-ils percevoir la radioactivité (sans utiliser d'instruments de mesure) ?
a) visuellement,
b) en raison du faible bruit de crépitement provoqué par le mouvement des particules frappant l'intérieur de l'emballage,
c) ils n'ont aucun sens pour recevoir la radioactivité.

7. Marquage des colis contenant des matières radioactives :
a) se compose d'autocollants spéciaux - ronds et hexagonaux, de couleur rouge,
b) doit être placé par le conducteur,
c) permet de définir le nombre maximum de colis pouvant être chargés sur un véhicule.

8. Matière radioactive :
a) émet toujours des rayonnements ionisants,
b) il n'émet un rayonnement qu'au contact de l'air,
c) il cesse d'être radioactif s'il prend feu.

9. Quelles inscriptions ou marques doivent figurer sur les colis de type A contenant des matières radioactives.
a) il n'est pas nécessaire de marquer les envois, car il suffit de marquer les véhicules,
b) étiquettes d'avertissement selon la catégorie de colis,
c) plaques de couleur orange.

10. Que signifie le terme « radioactif » ?
a) l'intensité de la lumière des appareils gammagraphiques (détecteurs de défauts isotopiques),
b) unité utilisée pour déterminer la puissance de l'émetteur radio,
c) le terme identifie une substance qui peut se transformer en une autre par elle-même.

11. Où doit se situer l'étiquette 7B ?
a) sur deux faces opposées de l'emballage,
b) sur l'un des côtés de l'emballage,
(c) sur deux côtés opposés d'un grand récipient.

12. Quelles informations sont fournies sur l'autocollant 7C (catégorie III - JAUNE) ?
a) les dimensions de l'emballage,
b) le volume maximal autorisé d'un colis,
c) indice des transports.

13. Que signifie le terme « contenu radioactif » ?
a) rayonnement externe émis par des substances radioactives,
b) la partie de l'emballage en contact avec des substances radioactives,
c) matières radioactives contenues dans des emballages.

14. Quels sont les dangers de l'irradiation humaine ?
a) des changements dans les cellules du corps humain,
b) la partie contaminée du corps peut être affectée par des hémorragies,
c) empoisonnement du sang.

15. Lequel des termes suivants fait référence au rayonnement absorbé ?
a) activité,
b) type d'isotope radioactif,
c) dosage.

Cours spécialisé - 1ère classe

1. Comment le conducteur peut-il vérifier que les explosifs sont correctement emballés avant le chargement ?
a) doit vérifier que chaque colis est accompagné d'un certificat d'admission,
b) il doit vérifier que la marque de certification est apposée sur chaque colis,
c) vérifier que les emballages unitaires à l'intérieur de l'emballage extérieur sont bien fermés.

2. Si des colis portant les étiquettes 1, 1.4, 1.5 et 1.6 sont transportés, quelles étiquettes doivent être apposées sur le véhicule ?
a) uniquement l'autocollant 1,
b) uniquement les étiquettes n° 1 et 1.4,
c) étiquettes n° 1.4, 1.5 ou 1.6 uniquement.

3. Des quantités limitées de matières et objets explosibles peuvent être transportées dans le même véhicule conformément au 1.1.3.6 qui :
a) qui dépendent du numéro de point de la nomenclature,
b) qui sont connus et respectés par l'expéditeur,
c) dépendent de la sous-classe à laquelle ils appartiennent.

4. Si un véhicule transporte des explosifs qui constituent en outre un danger toxique ou corrosif, ou les deux, il devrait avoir :
a) en plus des vignettes n° 6.1 et 8,
b) vignette n° 6.1 uniquement,
c) vignette numéro 8 seulement.

5. Avec quels matériaux de classe 1 les emballages doivent-ils porter les trois étiquettes d'avertissement ?
a) avec des explosifs toxiques,
b) avec des explosifs caustiques,
c) avec des explosifs toxiques et corrosifs.

6. Pourquoi l'impact ou la friction sont-ils dangereux pour les explosifs ?
a) parce que leur énergie mécanique, se transformant en énergie thermique, peut déclencher une explosion,
b) parce que des vapeurs toxiques sont toujours dégagées,
c) parce qu'ils sont alors corrosifs pour le matériau d'emballage dans lequel ils se trouvent.

7. Quelles sont les étiquettes d'avertissement pour les colis de matières de classe 1 ?
a) dans certains cas, par exemple étiquette n° 1, dans la partie inférieure le code de classement,
b) dans certains cas, par exemple un autocollant avec la lettre N dans la partie inférieure informant du groupe de compatibilité,
c) Toutes les étiquettes portent uniquement le numéro de sous-classe.

8. Le transport de matières et objets explosifs en vrac est :
a) totalement interdit,
b) homologué uniquement pour les voitures répondant aux exigences EX / III,
c) autorisé, à condition que le conducteur ait plus de 21 ans.

9. Quel équipement supplémentaire selon ADR doit être sur le véhicule ?
a) une pelle et un balai,
b) un équipement de protection pour le conducteur, deux lampes de poche et deux gilets réfléchissants,
c) matériaux absorbants appropriés.

10. Les véhicules de type EX / III doivent :
a) n'être que des unités fermées,
b) être muni d'une feuille ignifuge recouvrant les côtés d'au moins 20 cm,
(c) avoir les mêmes composants structurels (moteur, système d'échappement, réservoir de carburant) que les véhicules EX / II.

11. Parmi les affirmations suivantes concernant le lieu de chargement et de déchargement, lesquelles sont correctes ?
a) le chargement et le déchargement d'explosifs dans les lieux publics et dans les agglomérations sans l'autorisation de l'autorité compétente sont interdits,
b) le chargement et le déchargement d'explosifs dans les lieux publics sont interdits à moins que l'autorité compétente n'ait assuré la participation des services d'urgence,
c) le chargement et le déchargement d'explosifs dans les agglomérations sont interdits si l'autorité compétente a été informée de cet appel téléphonique.

12. Le chauffeur est responsable du contrôle des colis :
a) si les colis sont divisés en solides et en liquides ;
b) si tous les emballages portent des étiquettes avec des symboles de manutention,
c) s'ils portent le nom de la matière tel qu'il figure sur le document de transport.

13. Les étiquettes sur les colis contenant des explosifs doivent être apposées par :
a) l'expéditeur,
b) le conducteur,
c) le technologue qui a produit le matériel.

14. Les instructions écrites destinées à un conducteur transportant du matériel de classe 1 doivent fournir les informations pratiques suivantes :
a) description des opérations de sauvetage qui doivent être effectuées par les services de sauvetage chimique,
b) des instructions pour prodiguer les premiers soins à une personne blessée dans un accident,
c) des instructions sur les documents à remplir par le conducteur après une panne.

15. Comment les explosifs et objets peuvent-ils être transportés ?
a) en colis,
b) s'ils sont liquides, ils peuvent être transportés dans de petites citernes,
c) en colis et en vrac.